Pour finir la formation de « Médiateur Social », la formatrice nous a lancé un défi : après avoir mis 14 mots sur le tableau, nous devions chacun écrire un texte en y intégrant ces mots.

3 minutes plus tard, voila ce que je me suis mis à chanter en cours….


Esdson est venu aux « Causeries Publiques des Sans-Voix » 2020 raconter son histoire, celle de « l’Hôtel de la Rue » à Strasbourg. Depuis, il a déménagé à Nancy pour y suivre une formation diplômante de Médiateur Social qui se terminera le lundi 9 aout prochain par une dernière soutenance devant un jury. Il aura alors définitivement obtenu le premier diplôme de sa vie.


Mdrrrr.

Trouve-moi ?

Ecoute, tu me parles de toi, mais est ce que l’on se connait ? De qui tu as l’air, mais qui est tu, toi ? Tu parles, tu parles, je ne comprends pas, Je ne te connais pas.

J’avais une assertivité sur ta réalité, je contrôle mes mots, Par peur de vous blesser, je préfère me taire,

Aucun jugement, envers ta définition, Domdom me l’a marquée, Marie-Noël me l’a tatouée,

J’ai fait la prévention, reçu beaucoup de coups de pression, Mais jamais je ne suis descendu en tension, toujours en interaction. Le temps passe, on ne se vouvoyait toujours pas, mais toi et moi, On se connait maintenant, respect, envers toi je l’ai toujours eu.

la confiance tu me l’as enseignée,

Mais par peur de l’inconnu, j’ai souvent fermé la porte, couru, La main tendue vers moi tu me l’a offerte, Apprendre à marcher, à courir, mes parents l’ont fait. Mais toi, la confiance tu me l’as enseignée,

Plutôt collectif, je pense à mon équipe, J’ai envie de n’oublier personne,

  • La délinquante m’a fait sourire, mamie m’a fait me découvrir,
  • Avec Sandra nous sommes dans un autre délire,
  • Je ne sais pas Tristan, pas eu le temps de le découvrir, dans son coin, il parle peu, tout le contraire de moi, un modèle, je sais pas comment tu gardes ton calme comme ça ?
  • Mais Loïc nous a fait beaucoup rire, toujours la réplique à dire. Attends, toi, je n’ai pas dit mon dernier mot,
  • Je n’oublie pas le toubib de l’équipe, un vrai Larousse sur pattes, Tu connais pas ? Demande lui il te répondra, merci l’équipe,
  • Amel, petite Amel, parler de toi ? une seule chose vient en moi : tes messages m’ont remonté le moral sur mon lit d’hôpital, toujours là pour demander comment vas Ezra, merci à toi.
  • Goethe, j’attends, j’attends toujours, oui ma pure ou elle est ? Dis-moi la vérité, t’a encore oublié ?
  • Vivi, toujours à me suivre sur les réseaux, merci du fond du cœur, les vraies reconnaissent les vraies, Quand tu veux ont se revoie sur place, car je sais que tu es toujours sur le terrain. Mine de rien on se regarde, on en fait du chemin, non te n’inquiètes pas il nous en reste mais tu sais que ma main, sera toujours tendue pour les miens,
  • Marie même si on ne se parle plus jamais je ne pourrai oublier tout ce que tu as pu faire pour m’aider,
  • Karine, c’est dur mais je n’ai pas beaucoup de rimes pour te dire ce que j’ai au fond de moi, fonce ne t’arrête pas, la vie appartient à ceux qui se lèvent tôt, dort pas c’est un conseil, croie moi,

J’ai oublié personne, je vous ai tous cité, Ecrire, certain vous diront que j’ai une facilité, moi je ne trouve pas, ça vient tout seul au bout de mes doigts, Je pose mes écouteurs, et les lettres défilent devant moi.

Ah non, honte à moi !

  • Stéphanie je ne t’oublie pas, derrière ton clavier ont te doit aussi beaucoup à toi.
  • M. Râteaux vous avez pu penser que vous « passeriez à l’as », mais hélas, vous ne vous échapperez pas. Toujours là pour répondre à nos questions, président vous l’êtes mais humain avant tout. Je partage, cette empathie, pour mieux rentrer en relation avec vous.

Je n’aurais jamais pensé écrire ce genre de chose il y a quelque mois

Je pars à la rencontre de l’inconnu, avec la connaissance que vous m’avez enseignée, partages,

Je ne garderai aucune confidentialité sur qui vous êtes au fond de moi, Je compte le crier haut et fort que tout le monde se le dise,

Entraide est ta devise, grandir est ta mission, médiateur est notre définition.

Et si tu ne me crois pas, demande à Noël elle te rappellera, et si tu comprends pas, Marie-Noël te l’enseignera,

Respire, respire, ce n’est rien, juste une page qui se tourne derrière toi. Et si au pire, tu ne veux pas, dis-toi que l’un de nous te le racontera,

Paroles d’un ex-emmerdeur, devenue médiateur… et tout cela je vous le dois.


COMMENTER ? Si vous souhaitez réagir à cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire (tout en bas de cette page) après vous être enregistré (dans la barre de menu > onglet « je participe » > rubrique « s’inscrire pour intervenir« ).

ETRE PUBLIE(e) ? Si vous voulez, vous aussi, être publié(e) dans ce journal, adressez vos textes, images et vidéos à l’adresse mail : journal@adsv.fr

SOUTENIR ? Si vous voulez soutenir ce Journal POUR et PAR les Sans-Voix, offrez nous chaque mois l’équivalent du prix d’1 café Faites un DON MENSUEL à partir de 5€/mois (qui ne vous coutera que 1,70€ après réduction fiscale). Pour en savoir plus, cliquez ICI.

A BIENTÔT …