Un intéressant magazine d’ARTE (Allemagne, 2018, 26mn) disponible en accès libre jusqu’au 17 Novembre 2020

Faut-il s’affranchir de la propriété privée pour être libre ? Autrefois la propriété reflétait notre statut social, de nos jours les signes extérieurs traditionnels de richesse semblent quelque peu dépassés.

« Streetphilosophy » explore notre relation paradoxale à la possession. Le philosophe Christian Uhle dépeint deux attitudes élémentaires vis à vis du monde : l’avoir et l’être. Notre relation envers autrui est elle basée sur l’appropriation ou sur un élan constructif qui nous fait évoluer ? Notre société entretient un rapport ambigu à la propriété privée. Si le châtelain allemand Bardia Khadjavi-Gontard considère ses terres comme une part inaliénable de son identité familiale, nombreux sont les jeunes qui privilégient l’économie de partage. En nous affranchissant des lourdeurs de la propriété, serions-nous vraiment libres ?

Pour le philosophe Christian Uhle, il faut faire la distinction entre une simple accumulation d’objets et un rapport plus habité aux choses. On peut posséder plus que des biens matériels : des liens sociaux, une bonne éducation ou des followers sur les réseaux sociaux. Sans oublier l’enjeu de la propriété immatérielle : à qui appartient une idée ?

COMMENTER ? Si vous souhaitez réagir à cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire (tout en bas de cette page) après vous être enregistré (dans la barre de menu > onglet « je participe » > rubrique « s’inscrire pour intervenir« ).

ETRE PUBLIE(e) ? Si vous voulez, vous aussi, être publié(e) dans ce journal, adressez vos textes, images et vidéos à l’adresse mail : journal@adsv.fr

SOUTENIR ? Si vous voulez soutenir ce Journal POUR et PAR les Sans-Voix, offrez nous chaque mois l’équivalent du prix d’1 café Faites un DON MENSUEL à partir de 5€/mois (qui ne vous coutera que 1,70€ après réduction fiscale). Pour en savoir plus, cliquez ICI.

A BIENTÔT …