Alain nous a quitté le 15 juin 2021. Il avait 58ans

Il était et il restera encore longtemps pour moi l’exemple même de l’Homme Libre…

Il était ce qui se rapproche le plus de l’idée que je me fais d’un Résistant. Celui qui un jour se met debout pour exprimer haut et fort son refus de la lâcheté de celles et ceux qui en mesure de changer les choses et qui ne le font pas pour défendre un modèle social qui les protège.

Il avait l’audace de celui qui sait qu’il a raison. Et même, si depuis 34 ans, il se savait atteint d’une maladie orpheline incurable qui le clouait trop souvent sur un lit de douleur, dans les années 1990 et au début des années 2000, il avait entamé plusieurs périples en fauteuil roulant à travers la France et l’Europe pour ouvrir le débat, sur l’exclusion des handicapés avant de ne plus pouvoir quitter son lit.

En 2016, quand je suis monté à Bruxelles, j’ai eu la chance que cet homme, désespérément optimiste, remarque mon initiative et décide de m’accompagner en mettant à ma disposition ses petits moyens financiers, sa phénoménale énergie, son culot et son carnet d’adresse, entre autres, à ma disposition pour que mon initiative serve à défendre la cause des travailleurs pauvres

Il a décidé d’être le propriétaire de sa mort, c’est à dire de décider lui-même la fin de sa longue agonie physique mais jamais intellectuelle. Accepter l’offre d’une association prête à financer les 8.000 à 10.000 euros que coute un suicide assisté en Suisse, c’était aussi son ultime cri de colère et d’écœurement pour nous faire faire prendre conscience qu’aujourd’hui, il faut être riche pour avoir le droit d’avoir une fin de vie digne, dans le pays des droits de l’Homme !!!

Il s’appelait Alain Cocq, il avait 58 ans, et il m’a fait l’honneur de partager avec moi un peu de son humanité.

Alain GUEZOU


Alain Cocq état victime d’une maladie orpheline incurable. Militant depuis longtemps pour le « droit à mourir dignement » du « droit à une mort digne », est mort à Berne, en Suisse, mardi 15 juin, à 11 h 20, par suicide assisté.


COMMENTER ? Si vous souhaitez réagir à cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire (tout en bas de cette page) après vous être enregistré (dans la barre de menu > onglet « je participe » > rubrique « s’inscrire pour intervenir« .

ETRE PUBLIE(e) ? Si vous voulez, vous aussi, être publié(e) dans ce journal, adressez vos textes, images et vidéos à l’adresse mail : journal@adsv.fr

SOUTENIR ? Si vous voulez soutenir ce Journal POUR et PAR les Sans-Voix, offrez nous chaque mois l’équivalent du prix d’1 café Faites un DON MENSUEL à partir de 5€/mois (qui ne vous coutera que 1,70€ après réduction fiscale). Pour en savoir plus, cliquez ICI.

A BIENTÔT …