Le spectacle d’Elina DUMONT « Des Quais à la Scène » sera suivi d’un échange/débat le vendredi 8 novembre à 19h00 au Centre Culturel AUGUSTE DOBEL (CE de la RATP) – 9 rue Philidor Paris 20e.

4 € pour les personnes n’appartenant pas à la RATP

Si le spectacle d’Elina Dumont ne ressemble à aucun autre, c’est que la vie d’Elina Dumont ne ressemble à aucune autre.
Comédienne, elle puise, dans son existence extrêmement chahutée, les histoires effarantes, désespérantes, truculentes qui composent son show.

Mais plus encore que la matière de sa vie, c’est son regard qui fait la différence. Tour à tour éberlué, attendri, moqueur, critique, il amuse et émeut. Il fera changer le votre.
Ce mot familier d’ « exclus », vous ne l’entendrez plus jamais comme vous l’entendiez avant…

Marie Desplechin

Elina DUMONT a aussi édité un livre dans lequel elle raconte sa vie : « J’ai longtemps habité dehors » aux éditions Flammarion. Disponible en librairie.

 » Enfant de l’abandon, adolescente fugueuse, femme de la rue. J’en ai bavé, pourtant je m’en sors, et je n’en reviens pas. Je raconte ma longue nuit. J’ai parlé, souri, dragué, emballé, couché : juste pour trouver un lit. J’étais dehors. Il fallait bien que je trouve un chez moi. J’ai des dents blanches, un sourire engageant, je n’ai pas l’air « d’une fille de la rue », « d’une « SDF » comme on dit. Ma mère était un danger pour ses enfants. Elle buvait, elle était malade psychiatrique. J’ai été placée, tôt, chez la mère Trognon, au milieu des vaches, des prés et des forêts. La mère Trognon accueillait des enfants de la DDASS comme moi. Dans le village, des gens ont abusé de moi. Je ne savais pas, personne ne m’a rien dit, je croyais que c’était normal. A 15 ans, j’ai grimpé le mur et j’ai fui, direction Paris.

J’ai atterri dans un foyer. Monsieur Maurice m’a lancé comme stripteaseuse en me faisant croire que j’allais percer comme danseuse. Dans la rue, c’est sans limites. J’ai eu le nez dans la coke, j’ai bu, je me suis évanouie pour que les pompiers me ramassent. Dormir au chaud, à l’hôpital, c’est le luxe des gens de peu. Mes amis de la rue m’en ont beaucoup appris : « Neuneuil », « Darty », « Zonzon », « la Fiole ». Je ne les laisse pas tomber, c’est un peu ma famille. Dehors, tu n’as que trois verbes à ta guise : manger, te réchauffer, dormir. Aujourd’hui, je me suis reconstruite. J’ai aussi rencontré des gens qui ont cru en moi, j’ai gagné en confiance, suivi une thérapie. Je suis devenue comédienne. Une fille qui se sort de la rue, qui raconte ce qu’elle y a vécu.

  1. Si vous souhaitez réagir à cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire (tout en bas de cette page) après vous être enregistré (dans la barre de menu > onglet « je participe » > rubrique « s’inscrire pour intervenir« .
  2. Vous pouvez aussi lancer un débat sur un sujet de votre choix sur le FORUM de ce journal.
  3. Si vous voulez être publié dans ce journal, adressez vos textes, images et vidéos à l’adresse mail journal@adsv.fr
  4. Si vous voulez être informé par mail de chaque nouvel article publié, laissez un commentaire et cliquez la case  » Prévenez-moi de tous les nouveaux articles par e-mail  » (tout en bas de cette page).
  5. A BIENTÔT … ?