Présentation et proposition de réflexions ou d'ateliers

Accueil Forums Converser Présentation et proposition de réflexions ou d'ateliers

Ce sujet a 6 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  Clair’Ette, il y a 5 mois et 2 semaines.

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)
  • Auteur
    Messages
  • #2749

    Laria
    Participant

    Bonsoir à vous
    Je suis bien heureuse d’avoir trouvé ce journal en ligne, je vous ai découvert grâce au reportage qui a tété diffusé sur la 5, et je vous remercie d’exister.
    Je me suis réellement sentie reliée et si c’était là votre but, ça a marché, encore merci.
    J’ai réfléchis à beaucoup de choses depuis, étant moi même dans une situation très difficile, et j’aimerais vous apporter mon regard sur cet expérience et sur le reportage pour voir s’il n’y a pas des pistes de réflexions possibles. Je vous le dis, j’ai très peur d’être complètement hors sujet, mais il ne s’agit que d’un point de vue.
    Tout d’abord, j’ai été très touchée par le témoignage de Sébastien, je me suis reconnue dans ce qu’il vivait et dans ses paroles, cette perte d’identité, cette honte par rapport à ses amis, le fait de choisir entre des pâtes ou du chocolat (ou même entre des couches et du pain), ne pas accepter les propositions de sorties avec les amis, le silence dans lequel on s’enferme par honte, considérer son appartement comme une prison et attendre que les jours passent pour…. Quoi au juste? Cette situation m’a beaucoup fait réfléchir à notre place dans la société et notre condition d’humain.
    Sans travail, sans voiture, sans appartenance à un groupe social clairement défini (marque des vêtements portés, concerts, cinéma etc. ), est ce que j’existe ? La réponse est oui. J’existe au delà de tout ça, et je peux en plus m’aimer, ou même apprendre à m’aimer enfin pour ce que je suis vraiment (je vous conseille à ce sujet le Ted X de Marseille, la conférence de Laurent Gounelle).
    On existe en tant qu’être humain et personne ne peut nous enlever ça. La société a tendance à coller des étiquettes partout, mais on peut exister au delà de tout ça.
    Je trouve que ça donne une toute autre teinte à notre « combat », car il ne s’agit plus de réintégrer une société qui nous exclue et qui est malade de surcroît, mais il s’agit de se nourrir et d’honorer l’individu que l’on est.
    Alors c’est vrai que c’est parfois difficile de se dire ça quand on a faim, froid (j’habite pour ma part un vieil apart froid où j’ai pris quelques douches froides cet hiver…), néanmoins, cela permet de voir les choses autrement et faire un peu de tri, quand le cœur nous en dit.
    Une partie de cette souffrance vient aussi de la frustration de ne pas avoir une vie « normale » ou « comme les autres » , cependant on peut se créer une vie différente.
    Il existe beaucoup de possibilité de système D aujourd’hui, et je pense notamment à certaines applications qui nous permettent de vendre des choses (j’ai dû et pu vendre mon piano, par exemple…), acheter d’occasion, trouver des services, troquer notre savoir faire contre autre chose et qui ne sont pas forcément à la portée de tous ou de certaines générations.
    Je pense aussi que la télé n’est pas une bonne alliée car elle nous met en permanence face à notre « exclusion » ou face à des vies que nous n’avons pas et crée donc un décalage avec la réalité.
    J’étais un peu écolo avant, et ben je peux vous dire qu’aujourd’hui je le suis à fond, par la force des choses, à tout recycler, rénover, acheter tout de saison sur le marché, économiser l’électricité, l’eau, n’ayant plus de voiture etc. Et je me suis aperçue aussi qu’il y avait beaucoup de superflus dans nos vies classiques.
    Je veux dire que la société nous apprend à être de bons consommateurs et de grands consommateurs, mais on ne nous apprend pas à faire autrement. Or c’est possible. C’est dur, ça peut être temporaire, mais c’est possible. Pour ma part j’en tire même de la joie !
    Je comprends que les anciennes générations ne soient pas familières avec ça mais les jeunes, pourquoi pas ? Ça m’a fait de la peine de voir cette dame avec ses cheveux blancs qui dit qu’elle avait de l’argent avant, mais qu’elle galère depuis, j’ai eu le sentiment qu’elle vivait dans le passé.
    Aujourd’hui il existe beaucoup d’études en neuro-sciences qui mettent en avant certains mécanismes dont découlent des méthodes efficaces pour élever son mental. Ce qui m’écoeure, c’est que ces ateliers sont pour les plus riches, car chers. Cependant il y a beaucoup d’informations gratuites sur le net, et je trouve que ce sont les sans voix qui auraient besoin de genres de clés, pour réapprendre à s’aimer aujourd’hui, la situation étant ce qu’elle est, à couper avec le passé et à se pardonner, surtout, car on est collé à ce sentiment de culpabilité, comme c’est si bien dit dans le reportage.
    Ça ne remplit pas l’estomac, je peux vous le confirmer, cependant ça ouvre des possibilités et ça fait avancer. Peut être que les anciennes générations ne se sentiraient pas concerner (ou pas?) mais les jeunes peut être que oui. Je pense notamment aux enfants qui sont dans ces situations, certes ils n’ont pas la vie de tout le monde, mais ils grandissent aussi dans une société en pleine évolution dont les valeurs transmises par l’école sont complètement dépassées et désuètes, alors il serait intéressant de leur montrer qu’il existe d’autres choses, d’autres perspectives. On sait aujourd’hui que la majeure partie des métiers de demain n’existe pas encore et qu’ils ne sont certainement pas enseignés à l’école.
    Il y a de nos jours des mouvements de tolérance, de vie alternatives, ouvertes sur l’écologie, la nature, la bienveillance (et j’insiste sur ce mot : la bienveillance), des éducations différentes, la capacité en l’être humain de se reprogrammer, l’empathie, et je pense que pour nous, ceux qui n’avons pas d’argent, c’est très bénéfique de se relier à tout ça car finalement, notre position nous offre un autre regard sur la société et son obsolescence. Je comprends aussi que ça ne règle pas les situations de personnes qui sont en grands danger.
    Je ne dis pas qu’il faut proposer au gens qui n’ont rien à manger de devenir écolo ou fan de développement personnel, je dis qu’on peut peut être teinter des ateliers de ces notions là, pour apporter un autre regard à la situation et redonner courage et honneur.
    Je ne vais pas parler ici de nutrition car ça serait beaucoup trop long (j’ai fait des études de bio), mais il y a aussi un problème dans le fait de s’alimenter avec des produits de basses qualités car il joue sur notre moral et notre santé.
    Vous parlez d’archipel, voilà ce qu’on y dit sur mon île, je serais heureuse d’ouvrir une antenne ici dans le Sud, car au delà de tout ce que j’ai marqué, ne pas se sentir seul est le plus important et j’aurais tellement aimé trouver un groupe de discussion près de chez moi !
    Je vous livre ici un très gros condensé de là ou j’en suis arrivée, j’ai appris à me passer de beaucoup de choses: d’une voiture (quelles économies!), d’un appart bien isolé, d’une chambre (je la partage avec mon enfant), de shopping (j’ai été modèle pendant quelques temps et j’avais un certains amour pour les vêtements et les chaussures), de vêtements à ma taille (ayant beaucoup maigri tout est trop grand pour moi), de sopalin (le sopalin? quel luxe!), de détachant (avec un bébé je croyais ça indispensable, et en fait non), de pain, de thés, d’internet pendant un moment, de coiffeur, d’esthéticienne, de masques capillaires et shampoings de qualité (rien de mieux que le naturel finalement et vive l’huile d’olive), de ma famille, de douches chaudes parfois (vive la vaisselle à l’eau froide), de classe et d’élégance souvent, juste mon sourire comme habit, je me rappelle avoir prié pour que mon appartement prenne feu et que, au moins, ma situation soit justifié au yeux du monde et qu’on m’accorde l’attention que je cherchais; je me rappelle avoir laissé, un jour au supermarché, les deux tiers du tapis car je n’avais pas pris assez de pièces pour payer (la honte!), je me rappelle avoir eu honte devant un jeune homme au marché car il regardait bizarrement mes chaussures toutes vielles et pourries, puis c’est moi qu’il a regardé bizarrement; je me rappelle avoir profité d’un repas que ma voisine proposait à ma fille pour manger, je me rappelle avoir envoyé balader toutes les entreprises qui me demandaient de l’argent, parce que le priorité c’est manger, je me rappelle avoir vendu ma première voiture pour trois fois rien, en urgence; je me rappelle avoir souvent dit « non » à ma fille qui me demandait des choses, et je sais que maintenant je lui fais des petits cadeaux dès que ma bourse me le permet, je me rappelle avoir souvent laissé ma fierté de côté… Et je pourrais continuer pendant des lignes et des lignes bien sûr!
    Voilà, j’espère n’avoir froissé personne et ne pas avoir dit d’énormités, je serais heureuse de faire un blog teinté de positivité ou de nouvelles alternatives, qui s’inscrive dans le combat d’ADSV, ayant une expérience de photographe pro je serais ravie d’apporter du contenu, mais je ne sais pas si ça serait bien reçu !
    Je vous souhaite sur ce, une très belle soirée.
    Laria

    • Ce sujet a été modifié le il y a 6 mois et 1 semaine par  Laria.
    #2756

    ADSV
    Modérateur

    Bonsoir. Vous devriez lire la chronique de Clair’ette ici sur ce journal, et vous relier à elle pour échanger vos expériences. Voici le lien : http://adsv.fr/?p=1340

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois par  ADSV.
    #2995

    Clair’Ette
    Participant

    Bonjour laria. Je suis Claire, j’écris humblement quelques articles pour l’archipel des sans voix dans la chronique de Clairette. Je suis exactement dans la même réflexion et démarche que vous. Si vous voulez échanger, il n’y a pas de soucis, je vous laisse mon mail.

    #3012

    Laria
    Participant

    Bonsoir Claire,
    Merci pour votre message 🙂
    Oui j’ai lu votre blog, je me suis d’ailleurs dit « j’ai dû attendre quelques mois avant de mouvoir m »acheter de l’huile de coco » 😉 , et j’échangerai volontiers avec vous!
    Alors par mail ou par Facebook, comme vous voulez 🙂
    Belle soirée

    #3052

    ADSV
    Modérateur

    Bonjour Laria. Peut-être pouvez-vous envisagez vous aussi d’écrire dans le Journal, ponctuellement ou régulièrement ? Si cela vous tente contactez nous par mail à : journal@adsv.fr A bientôt ?

    #3057

    Laria
    Participant

    Bonjour
    Avec grand plaisir, je vous envoie un mail ou je vous propose des idées?
    Belle journée
    🙂

    #3058

    Clair’Ette
    Participant

    OuI,par facebook. Claire Hering -Kuntzmann. Au plaisir 😉

7 sujets de 1 à 7 (sur un total de 7)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.