Entre la peste et le choléra, l’un rebelle choisit la rage d’écrire…
et l’autre, lâche, celle de nuire …
Devinez qui va réussir …

Ô visiteurs, amis lecteurs, laissez-moi vous raconter un bout de mon histoire, je devrais dire « cauchemar », car aujourd’hui, je suis au bord du désespoir.

Je suis venue en Suisse avec mon enfant pour un poste de spécialiste plus de 20 ans d’expérience en stratégie de l’innovation et mise en conformité. Les réglementations européennes ou internationales ce sont des heures et des heures de lecture, analyses de textes et de guidances, et aussi participations à des groupes de travail (juridique & technique) et surtout une pratique terrain. Je suis consultante. Passionnant pour moi. Ma seule richesse…mes compétences. Ma fille, mon seul trésor.

Je quitte donc Paris pour un beau challenge, dans ce grand groupe du luxe. Le monde du rêve pour beaucoup.

Le directeur d’une usine, petite filiale du groupe, voulait monter une plateforme de support en conformité pour toutes ses Maisons : CCC ComplianceCompetenceCenter… (Maisons qui sont indépendantes, situées dans différents pays et ont chacune ses produits et procédures).

Une jeune demoiselle, Miss H était déjà en poste pour défricher le terrain… fraîchement diplômée HEC (New York, Séoul, Paris en fonction des postes de papa) avec une première expérience à Roland Garros comme hôtesse et un stage dans un hôtel de luxe en Amérique du Sud.

Elle a beaucoup lu sur le sujet mais comme elle s’ennuyait, elle s’est aussi occupée de la santé sécurité des employés de l’usine (métallurgie et galvano). Elle raconte aussi comment elle a obtenu ce poste : Son papa CEO d’un groupe de luxe visitait une exploitation de crocos aux USA, il a rencontré son ancien collègue, le directeur de cette usine. Il lui parle de sa fille en recherche de poste, elle a une expérience dans le développement durable (ce fameux stage en hôtel de Luxe Brésil !)

Ils se rencontrent dans un bar …. et quelques mois après, elle débarque en Suisse.
Je commence et je comprends trop tard que son pedigree, c’est toute sa légitimité.

On parle beaucoup du bien-être au travail, mais on favorise avant tout le Bien Né
Un bon pedigree est un bon d’entrée…bien mieux qu’un CV.

En poste.

Je demande à voir les procédures des Maisons, à rencontrer les responsables de chacune, à échanger avec eux…Miss H dit qu’elle les a tous vus ou presque, que c’est donc inutile…

Je lui demande le rapport sur l’état des lieux de la situation au niveau « conformité ». Elle est surprise. Pas de rapport. Miss H se justifie : « de toute façon y’a rien et j’ai tout dans la tête…et de toute façon, ils ne comprennent rien » !! Elle est impatiente.

Le plan d’action est d’un flou artistique. Elle avance au jour le jour en fonction des besoins ou demandes ! C’est du management de projets…une belle mécanique d’imprécisions.

Elle bosse beaucoup pour l’usine (je ne saurai jamais vraiment ce qu’elle fait : vêtements de protection, gants, lunettes, rangements des chimiques, personne ne s’en occupe à l’usine depuis qu’ils ont viré le responsable SST Santé Sécurité au Travail). Elle se forme donc sur le tas.

Un jour, nous avons rendez-vous avec le directeur qualité de la Maison XY, un client s’est plaint du contenu d’un certificat de conformité. Ce n’est pas le seul paraît-il. Le document est vraiment mal écrit. D’après la demoiselle, la juriste d’une autre grande Maison en serait l’auteur. Un peu bizarre…mais bon…

Je propose de réécrire le document, c’est pour cela que j’ai été embauchée.
Quelque temps plus tard, elle avouera être l’auteur dudit document et …qu’il est inutile d’envoyer une correction, personne ne lit de toute façon.

Miss H passe beaucoup de temps au téléphone, et pense avoir lu tout ce qui était utile et surtout tout compris… ! Elle est soit douée, soit elle n’a lu que des résumés ! En tout cas, elle simplifie trop la situation. Effet Dunning Kruger(?), elle est sûre d’elle, et surtout elle a l’appui du directeur mon N+ 1. Il me dira un jour : « Fais ce qu’elle dit elle sait ce qu’elle fait ». Il a peu de temps à m’accorder, tout passe par elle.

Miss H me fait comprendre aussi que Dr YZ ancien directeur innovation, est au placard. Je suis surprise : il a 30 ans de « boîte », était en charge de la compliance chimie du groupe et était présent lors de mon entretien. Il ne fait pas partie de la plateforme CCC. Curieusement, il participe à des réunions auxquelles je ne suis pas conviée ! Nous sommes deux dans cette plateforme…elle et moi. Elle garde pour elle beaucoup d’infos et d’emails. Elle est souvent sur Paris, elle vient d’y acheter un appartement intra-muros, avec son petit ami, un jeune architecte qui bosse avec tonton notamment sur des projets entre Paris et Saint Barth.

Enfin, un jour je suis convoquée par la nouvelle directrice qualité de l’usine, elle m’annonce qu’elle est officiellement ma N+1 et me dit que mon attitude est inacceptable. La demoiselle s’est plainte de mon esprit de compétition et de mon sens de l’humour ! Cette manager devient le même jour mon N+1 et me donne un avertissement. Au prochain faux pas je suis virée ! Je suis en état de choc…

J’essaie de comprendre…Elle est incapable de me donner des précisions : compétition, manque d’esprit d’équipe…sens de l’humour.

D’autant qu’ils ont un témoin, l’assistante du directeur, amie de la jeune demoiselle…cette assistante (vivant en France) vient de passer la nuit chez moi… J’en tombe des nues… J’en suis furieuse aussi. Nous partageons le même bureau, je n’ai rien vu venir…

Il est vrai, je blague souvent, je dois être un horrible personnage pour que cette transfrontalière vienne dormir chez moi et pas chez d’autres collègues !

Quant à l’esprit de compétition, j’ai beau leur dire que c’est inimaginable, je suis docteur en sciences, cela fait plus de dix ans que je bosse sur les règlements, la directrice qualité (ingénieur de formation) estime que Miss H est une « experte » aussi. Elle sait visiblement reconnaître un expert mais confond les noms des règlements et parle d’épidémiologie ! Surréaliste pour cette usine !

Le temps s’arrête, j’ai une épée de Damoclès sur la tête…

Je me défends, et la directrice de souligner que je dois mon poste à Miss H.

Miss H avait su convaincre le numéro un du groupe en visite dans cette filiale de débloquer un budget pour ouvrir ce poste plus rapidement. Pour des raisons économiques, les embauches étaient gelées. Quel pouvoir de persuasion ! Qui dirige vraiment cette usine, ma question frise l’insolence ??

Le grand-père de Miss H connaît le numéro un du groupe, c’était son médecin… et aussi celui de président, acteurs et patrons du CAC 40 ! Les privilèges de vivre entre Saint Barth et rue de Varenne…Les beaux lieux, l’Gotha, la fille à papa et ses marionnettes !

Le lundi matin, je demande à Miss H et à l’assistante des explications, elles se défendent, ils ont mal interprété, ils ont exagéré les propos…Entre malaises et manipulations.

       «Les ruses et les machinations ténébreuses ont été imaginées par les hommes pour venir en aide à leur lâcheté.  Euripide.

Anecdotique, quelques jours après, Miss H proposera même un bon poste à l’assistante, son père CEO cherche une personne sur Paris. C’est mieux qu’un petit contrat d’intérim dans la campagne suisse ! L’esprit tranquille, Miss H partira à Saint Barth en vacances. Elle rejoint son petit ami architecte en mission sur cette île pour la boîte de son oncle. Belle famille !!

Je me sens prise au piège …

Un jour, la N+1 me convoque avec l’autre senior, Miss H exige que le groupe demande une modification d’un article de loi aux instances européennes… Ubuesque !

Je souligne que d’une part on est en Suisse, d’autre part qu’il est plus judicieux de passer par une fédération de préférence européenne, et de réfléchir à l’impact sur l’image du groupe de sa « requête ». La N+1 semble soulagée, et me félicitera en toute discrétion.

Lors d’une réunion avec des responsables compliance Maisons, je découvre qu’elle a validé les conclusions d’une petite et jeune fédération, qui contredisent l’avis d’un expert travaillant pour un laboratoire cher au senior Dr XZ (celui du placard) et aux Maisons. Les discussions sont houleuses, certains n’apprécient pas trop cette fédération, et veulent des clarifications. Miss H est très proche de l’expert de cette fédération Dr QC, tous deux discréditent souvent ce laboratoire. J’enquête, Dr QC avoue avoir inventé une équation, son calcul est aussi simple que faux, ses conclusions aussi. De plus, il ignorait certains éléments que je lui ferai parvenir. Entre nous, les experts et scientifiques de ce laboratoire sont très très bons !

On modifie mon poste deux fois en moins d’un mois. L’épée de Damoclès s’agite sur ma tête.

Puis, je finis vite dans un placard, pas d’emails ni d’infos, certains collègues ne me parlent plus en sa présence…Un jour, je me fâche et je suis virée.

Je me fâche encore au sujet du fameux document, elle l’a rédigé en cachette.
Elle a fait un copier-coller d’un document de la concurrence.
CCCCopier Coller la Concurrence. Le secteur du luxe lutte contre la contrefaçon…pour le plagiat, je ne sais pas…

La N+1 me dit que ce n’est pas mon boulot, de quoi je me mêle…puis réalisera qu’il fait partie de mes objectifs présentés l’avant-veille en réunion. Mais trop tard, pour moi….

J’ai beau tenter d’expliquer que la demoiselle ne comprend pas certains points, qui sont scientifiques, techniques, les réglementations ce sont des milliers de pages, enfin…Que je ne reçois pas les questions ou demandes des Maisons. Qu’elle a menti…Terrible erreur de ma part !! C’est une nantie…Je ne dois rien dire… Le silence est d’or ! Sinon dehors !

Miss H jubile.

On favorise le Bien Né au bureau pas le bien être, le savoir-paraître avec un semblant de savoir-faire, Le peu qu’on connaît suffit à faire carrière… !

CCCCador Coopté et Coaché. Grand p’pa a soigné le Gotha, alors on a cœur de soigner la carrière des enfants et petits-enfants…

Entre écœurement et tourments … J’approche le néant.

Je suis donc virée, et me retrouve sans rien avec mon enfant… Seule… Isolée, car le chômage vous coupe des autres, dure réalité ! Et, c’est pire en Suisse où le chômage est si bas qu’on en devient suspect… étranger sans travail !

J’aurai dû me taire, je suis à terre. Plus de salaire.
Anéantie, je suis. Je ressasse, je ne dors plus.
Une course contre la montre commence…je dois trouver un poste….un contretemps ou une catastrophe…Je suis dans l’urgence. Le temps c’est de l’argent…que je perds chaque instant !

Autre complication, je découvre vite qu’en Suisse, être virée c’est grave, il faut présenter un certificat avant même un entretien, le certificat peut tout bloquer ! Le pire, sans emploi, mon visa va être révoqué. Tic Tac…

Le temps passe, mes économies trépassent ! Je suis seule, ma santé commence à en prendre un coup. J’ai peur de craquer…Je suis passée aux urgences…le visa révoqué m’a achevée !

Une longue traversée du désert commence … en Suisse quel paradoxe ! Pays des tunnels, en verrai-je la sortie, avant l’expulsion, comme ultime humiliation ? Le choix est un luxe que je n’ai pas.

Bientôt, je serai à la rue avec mon enfant …je suis en miettes comme broyée par une machination infernale. L’âme en lambeaux …Je suis surtout en colère, je trouve vraiment injuste ce système qui favorise les « connaissances », la naissance et si peu les compétences… Je devais servir la demoiselle, je l’ai compris un peu tard …et je l’ai refusé avec trop de véhémence. On préfère l’hypocrisie courtoise à la franche colère …Du fiel derrière un sourire miel … on ne retient que le sourire ? !

       « Le système ne choisit pas les meilleurs, il choisit les plus dangereux », Albert Jacquard.

C’était une mascarade, je ne suis rien qu’une pièce dans une mécanique infernale, qu’on jette comme une m…., je suis comme tant d’autres un moins que « rien ».

Je postule, postule, jamais ne capitule. Sans réseau…pas de boulot ? !

Une nuit sans sommeil, j’écris au nouveau numéro un pour dénoncer cette injustice, le manque d’éthique. Ils font un semblant d’enquête…Mais je n’ai pas le bon pedigree, ni le bon réseau pour être considérée…

L’irrespect est un luxe de caste ! Étrange code d’éhontologie ! C’est la peopl’éthique cynique aux pratiques claniques !

Alors, il me reste les journaux…

Mon histoire est un drame pour moi, et deviendrait un petit fait divers si je mettais fin à mes jours et encore… Il faudrait que j’amène ma fille avec moi, loin de cet enfer.
Elle a pleuré en silence lorsque je lui ai annoncé qu’on devait partir…ses larmes m’ont brûlée.

Je suis dans une impasse, une voie sans issue, je touche le fond, j’ai atteint les cimes du désespoir, il me faut pourtant avancer, tel un funambule…sur la corde raide, lâcher prise sans laisser tomber, sans me laisser aller, sans baisser les bras, mais je suis tétanisée, je n’arrive pas à me résoudre à quitter ce pays. Au bord du gouffre, je n’ai plus l’énergie ni la force de bouger…Ces riches m’ont tuée !

« Si je n’avais aucun sens de l’humour, je me serais suicidé il y a longtemps. » Gandhi.

On ose parler du SAVOIR-ÊTRE, de codes, il suffit !!…
Pour réussir, il faut Savoir paraître,
Savoir-faire semblant est important,
Avec un semblant de savoir-faire,
Ruser, Réseauter et Manipuler,
C’est le succès assuré.

Demandez à Sieur Benalla, cet expert inconnu de ses pairs, qui commet des impairs, et ça passe ou presque. Mais la roue tourne… une promotion fulgurante, mise en orbite jupitérienne…un des astres en mouvement, dans une République qui marche….au-dessus des lois… Par Jupiter !… Mais que fait donc le Président… ? ! Il cherche la vérité ou tel un Dieu, IL va la créer !

En vérité, j’ai la rage…une tempête dans un verre d’eau…acide.

Il faut étudier pour s’élever…voilà ce qu’ils nous disent :
Triste réalité sous nos tropiques, si vous venez du prolétariat, étudier ne suffit pas. Mais si vous avez un bon pedigree… et surtout le bon réseau, pas besoin de CV, on va vous coopter, voire vous coacher…

C’est la France d’en Haut, celle qui me donne des haut-le-cœur…à la sous France.

C’est la déchéance de l’Égalité, il y a les bien nés, vivant dans les beaux lieux, et les biens reniés, vivant dans les banlieues !

J’exagère un peu mais pour certains, c’est la galère parfois l’enfer, je parle du sous-prolétariat (les étrangers des milieux ouvriers) pour d’autres le paradis…fiscal… Ou l’oncle off shore

« L’humour est la forme la plus saine de la lucidité. »
( Jacques Brel)

«La lucidité, la douleur la plus rapprochée du soleil.»
(René Char)

Gotha ou Ghetto, la vie ne fait pas les mêmes cadeaux. Pour les cadors, c’est pont d’or et parachute doré…Et pour ceux, nés de l’autre côté de la barrière, c’est plus souvent la galère pour faire carrière…Le plafond de verre est si lointain…Bien sûr, on peut faire un pied de nez à dame réalité. À défaut d’avoir le bras long, gardez la tête haute contre les coups du sort. Soyons optimistes, même le dupe rit (surtout s’il a de la bouteille !) buvant le verre à moitié plein d’indécence et laissant l’autre moitié vide de sens…

Savoir être ou ne pas être
…comme eux ! ?
« En deçà du terrible, on trouve encore les mots. »
Cioran.

Sur ces mots dits, voilà ce que j’avais sur le cœur, au bord des lèvres, ma rage, les raisons de ma colère. Il est temps pour moi de tourner la page, de fermer ce livre d’un seul paragraphe avec pour épitaphe « ces riches m’ont tuée ».Une occis Maure.

Comme une Maure ne s’avoue jamais vaincue et comme le chante Gloria Gaynor, « I will survive. »

« La poésie est le seul antidote contre la solitude et la mort. »
Nicolas Bouvier.

« Le pouvoir corrompt ? ! L’argent est la seule puissance qu’on ne discute jamais. »
Alexandre Dumas.

Merci chers lecteurs et lectrices, je ne viens pas du ghetto, et « manque de pot », mais j’en ai la couleur …
Dr Black-Arum

 

Si vous souhaitez réagir à cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire (tout en bas de cette page). Vous pouvez aussi lancer un débat sur un sujet de votre choix sur le Forum de ce journal.

Et puisque vous êtes ici…
… nous avons une faveur à vous demander.
Ce journal en ligne, gratuit et accessible à tous,
dans lequel chacun peut s’exprimer librement,
dépend exclusivement des adhésions à l’association
et des dons de ses lecteurs et sympathisants.
Il est réalisé par des bénévoles et est à but non lucratif.
Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos publications contribuent financièrement,
l’existence du journal sera pérennisée.
Même pour 1 € par mois, vous pouvez soutenir www.adsv.fr
et cela ne prend qu’une minute.
Merci.
Soutenir ICI le Journal POUR et PAR les Sans-Voix