Vous pouvez retrouver toutes les « Chroniques de Fabienne » directement sur son blog « Le Journal d’une chômeuse »

Viendez ! C’est gratuit, ce n’est pas contagieux et vous n’êtes même pas obligés d’être inscrit à Pôle Emploi pour me lire.

ADSV.fr > Un regard lucide et décalé, toujours d’une rare pertinence sur le quotidien de tant d’entre nous. A lire pour s’informer, se détendre, rire (parfois jaune), et réfléchir.

Je sais que la France ne peut pas régler toute la misère du monde.

Mais là mes amis, va falloir nous mobiliser, nous serrer les coudes ! Parce qu’il y a un homme qui souffre, qui a besoin de notre solidarité, de notre écoute… En l’occurrence, le député LR Jean-Luc Reitzer.

Bon, j’avoue que je ne sais pas s’il est copain avec François « rends l’argent » Fillon, mais sa détresse fait peine à voir. Lors d’un groupe de travail sur le statut des députés, Jean-Luc – qui en avait gros sur la patate – ben il a craqué. Il a déclaré : « Y’en a marre. Y’en a ras la casquette. On n’est pas des truands ! On n’a pas besoin d’être suspecté en permanence de vouloir s’en mettre plein les poches »… se plaignant de devoir « passer [son] temps à collecter les factures ».

T’as raison, gars ! C’est tellement injuste de devoir prouver la véracité de tes frais de mandat. Et tellement inutile.

T’as raison, Jean-Luc. Résiste, prouve que tu existes ! Fait chier de devoir te justifier. Puis ce n’est pas comme si tous les citoyens français devaient en faire autant, quand ils font leurs déclarations aux impôts ou à la CAF… On te comprend, t’es tout le temps emmerdé. Avant, par exemple, tu employais tes gamins et ta femme dans le cadre de tes fonctions de parlementaire. Si ça se trouve aujourd’hui, ta famille n’a même plus de boulot, tout cela au nom de l’équité et de la transparence.

Non, vraiment, t’as raison d’ouvrir ta gueule.

Puis on le voit, on le devine bien, tu la connais toi la difficulté de la vraie vie. Celle où t’as pas les moyens de te nourrir correctement. Et tu défends les jeunes, ça aussi, c’est méritoire. Toujours durant ce groupe de travail, tu as mis à jour des vérités qui font mal, cette précarité que l’on cache : « Est-ce que vous vous êtes pas dit, si y’a autant de députés qui travaillent à côté, que c’est parce qu’ils ne sont pas assez bien payés ? (…) Les petits nouveaux qui sont arrivés, j’ai entendu qu’il y en a certains qui sont obligés de manger des pâtes parce qu’avant ils gagnaient 10 ou 15 000 euros et que maintenant ils se retrouvent avec 5 300 euros… Est-ce que le moyen de lutter contre les tentations diverses, ne serait pas de payer un peu mieux les députés et leur donner un vrai statut, pour leur assurer une meilleure réinsertion professionnelle ? »

T’as encore raison Jean-Luc. Leur salaire c’est peau de chagrin. Voilà un combat qui doit être engagé ! Oui, luttons mes amis pour que les petits jeunes de l’Assemblée cessent de manger des pâtes et de ressortir les fringues du grenier. Luttons pour une meilleure réinsertion professionnelle ! Et puis ça n’est pas si difficile… Tenez, on a qu’à annuler un ou deux de nos voyages aux Bahamas pour sortir ces braves gens de la peine. Les aider à financer leur avenir.

Oublions nos égoïsmes, nos petits soucis de chômage, d’allocation, de découvert. Arrêtons de nous plaindre.

Marchons, d’un pas décidé vers la Marée populaire de demain un peu partout en France. Ces rassemblements pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité. Parce que si ça se trouve, Jean-Luc Reitzer y sera. Peut-être même qu’il s’y trouve déjà !

(dessin du chouette Rodho )

Si vous souhaitez réagir à cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire (tout en bas de cette page). Vous pouvez aussi lancer un débat sur un sujet de votre choix sur le Forum de ce journal.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.