Humeur dominicale : Le roi se la joue à Chambord

0
201

Dimanche 17/12/2017.

Il a quarante ans. Il veut les fêter dignement. La République, bon enfant, lui offre les fastes du château de Chambord pour y recevoir ses manants. Passe encore qu’il le fasse discrètement. Mais non, l’événement doit être retentissant. Le peuple doit le trouver épatant.

Et pendant ce temps ? La chasse aux migrants !
Dehors les étrangers et leurs enfants !
Tentes lacérées, sacs de couchage brulés, les reconduites à la frontière accélérées et multipliées. Humanitaires solidaires jugés. Les idées du FN sont bien ancrées et d’aucuns les mettent en pratique sans que Marine ne soit à l’Elysée.

L’Autriche s’offre à nouveau des ministres d’extrême droite et pas à n’importe quels postes, dans son gouvernement. L’Europe, à l’Est, commence sérieusement à se radicaliser et à pencher du côté où elle va tomber, dans les travers des anciens régimes totalitaires.
Mais à l’Ouest, le danger est grand, également.
Les cultures inégalitaires qui sont à l’œuvre, sans la moindre gêne, provoquent des colères de plus en plus vives chez les êtres les plus exposés aux difficultés de l’existence.
L’étalage de l’aisance et du luxe finit par indigner celles et ceux qui tirent le diable par la queue.

Que certains, parmi les exclus et les miséreux, aient des responsabilités dans le mauvais sort qui leur est fait, ne fait aucun doute. La pauvreté n’est pas proche de la sainteté.
Que la société tout entière et les élus qui la gouvernent mettent tout le monde dans le même sac d’opprobre est consternant et inadmissible.

Les conditions de vie faites au plus grand nombre des défavorisés qui se comptent par millions en France, comme ailleurs, sont une honte pour nous tous, car nous avons les moyens d’être plus équitables et plus fraternels envers tous.
Salaires, pensions, prestations ne sont plus toujours ajustés aux loyers, aux charges, au coût de la vie. Les logements sont insuffisants et souvent de mauvaise qualité. Les services publics à la population souffrent de restrictions budgétaires qui pénalisent les usagers.

Un monde de la misère émerge à nouveau sous nos yeux, en même temps que le monde de la gabegie, de la fête et des futilités, poussé à un niveau rarement atteint, indécent et provocateur.

Les inégalités, quand elles deviennent criantes et impudiques, s’enflamment aisément. Johnny avait vu juste : elles peuvent mettre le feu !

Bernard Rodenstein

Président-fondateur de l’association ESPOIR à Colmar (68) qui oeuvre depuis 1973 aux côtés des plus démunis.